Retour de weekend

Bonjour à tous,

Me voilà de retour après un week end prolongé en région parisienne. Si tôt à la maison, j’ai lâché les bagages pour effectuer fébrilement le tour du jardin. Pas une goutte de pluie depuis plusieurs jours et malgré le manque d’eau tout pousse, reverdit, les floraisons se poursuivent. Faisons une balade ensemble pour examiner tout ça de plus près.

Devant la maison, les tulipes continuent à faire leur show printanier, j’adore ce mélange.

DSCF3824DSCF3731DSCF3894

 

Les tulipes white parrot pleinement épanouies ont des allures de plantes exotiques.

 

Quant aux black parrot, elles semblent étranges voire un peu inquiétantes à l’ouverture des boutons!

 

Oh surprise ma 1ère rose!!  Le rosier « old blush » me gratifie d’ une rose magnifique.

DSCF3879

 

1ère ex aequo avec ma bouture d’un petit rosier (l’année dernière) qui ne se laisse pas impressionner, sa fleur miniature est absolument adorable, elle a tout d’une grande!

DSCF3753DSCF3751

 

Erysimum bowles mauve

 

Derrière la maison, le rhododendron toujours aussi déplumé se fait remarquer avec ses fleurs volumineuses version marshmallow.

DSCF3768

 

Scabieuse « butterfly blue »

 

Géranium sanguineum, très lumineux en bordure du massif du cerisier.

DSCF3758

 

La viorne boule de neige se plaît bien chez moi ; elle a bien accepté le voyage dans le coffre de ma voiture, depuis la Belgique, écrasée par 20 autres arbustes.DSCF3788

 

La spirée naine s’est bien étoffée. J’apprécie énormément son feuillage acidulé.

 

Euphorbe « ascot rainbow » et euphorbe « purpurea »

 

Muscaris bleu pâle faisant la ronde autour d’un pommier.

DSCF3793

 

Scène identique avec les anémones blanda autour du poirier!

DSCF3759DSCF3381

 

Romarin et ses fleurs bleu azur, joliment mouchetées.

DSCF3863

 

Le grand pommier n’est plus qu’un nuage de fleurs ; j’espère qu’il sera autant généreux en fruits (sorte de golden) que l’année précédente.

dscf3840.jpg

 

Spirée, quelle opulence!

DSCF3800

 

Weigela florida purperea

 

Quelques promesses florales…

 

Des promesses gourmandes

 

Je termine avec une joie absolument inattendue : la présence d’un bouton sur une bouture de Camélia!

Bon après-midi!

Le temps des lilas

« Dans les jardins de mon père,

Les lilas sont fleuris ;

Tous les oiseaux du monde,

Viennent y faire leurs nids.

Auprès de ma blonde,

Qu’il fait bon, fait bon, fait bon,

Auprès de ma blonde ,

Qu’il fait bon dormir… »

∗∗∗

Mon humeur est guillerette, voilà enfin le temps des lilas! Depuis quelques jours, ils embellissent mon quotidien printanier. Tous les prétextes sont bons pour filer au fond du jardin où sont implantés mes merveilles. Je ne me lasse pas de leur parfum subtil et délicat qui se dégage des généreuses grappes mauve violacé…tout me plaît dans le lilas y compris le joli feuillage vert clair si léger.

Dommage,  le temps des lilas est si court…mais le jardin est plein de promesses, de petits bonheurs à venir :)) .

Bon week end de Pâques!

Mes narcisses préférés

Même si j’aime toutes les teintes au jardin, ma préférence va vers les fleurs blanches (ou à dominante blanche). J’ai apprécié les narcisses jaunes à la sortie du long hiver, à présent je me délecte des blancs, de loin mes préférés.

Plusieurs variétés cohabitent en bonne intelligence au jardin. Certains narcisses sont sobres et tout en nuance quand d’autres se font bien remarquer avec leur haute stature et leur trompette froufroutante ou ensoleillée.

Les voici en images…

J’aime les miniatures en grappes, offrant leur joli minois au soleil. Qu’ils sont « mimis » avec leur petit coeur jaune paille, bien parfumés ; ça tombe bien puisque ces beautés sont placées à proximité de la terrasse où nous avons pris quelques repas la semaine passée.

les hauts…

Là s’achève notre petite tournée des narcisses (ou jonquilles 🙂 )…

Je serai en congés la semaine prochaine. J’ai hâte, il y a tant à faire au mois d’avril. Je dois également mettre en place mes derniers achats (que je détaillerai dans un prochain post). Afin de me faire patienter : un souvenir de Fort-Mahon-Plage, où j’ai passé d’agréables moments il y a 15 jours.

Bonne journée!

Quelques tulipes

Ces derniers jours, j’ai rencontré quelques problèmes avec mon blog, suspendu par wordpress. Il est difficile de se faire dépanner par les « happiness engineers » de la plateforme américaine lorsqu’on ne maîtrise pas la langue de Shakespeare…euh de l’oncle Sam. Comme tout est rentré dans l’ordre à présent j’ai opté pour un thème de blog minimaliste,  sur fond blanc plus  simple à refaire en cas de nouveau « plantage ».

Revenons aux tulipes…

Malgré leur caractère éphémère, elles sont les incontournables du printemps, elles mettent de la gaieté et de la lumière dans les massifs et potées. Les 1ères à fleurir sont celles plantées par la mamie à laquelle appartenait la maison…rouges, jaunes, oranges, striées…je n’ai pas eu le coeur à les arracher, j’ai ajouté les miennes tout simplement…je renonce volontiers au total look jekyllien pour mon jardin!

White Emperor

J’ai pris plaisir à photographier mes tulipes (parfois allongée sur le dos, heureusement qu’il y a la vilaine haie de thuyas pour masquer ce spectacle navrant 🙂 !). J’adore leurs délicats pétales irisés qui captent si bien la lumière.

Van Eijk

Elles sont étonnantes avec leur forme pyramidale ; en fonction de la lumière et du moment de la journée, elles ne sont jamais les mêmes.

Tulipes triomphe « alibi »

Tulipes hâtive « lasting love »

Deux belles inconnues vendues en mélange.

Les blanches sont finement ourlées de pourpre. En boutons elles sont jaune paille.

DSCF3234

DSCF3232

C’est sûr, je suis fan des tulipes, avec une préférence marquée pour celles à tiges courtes. Pour l’automne prochain,  les tulipes botaniques telles que les adorables « pulchella »seront en tête de ma wish-list.

En attendant, je guette avec impatience la floraison imminente des étranges white parrot.

Bonne soirée!

Balade en jaune majeur

Le jaune, couleur printanière par excellence mais souvent mal aimée, est  à l’honneur en ce moment dans mon petit coin de verdure, pour mon plus grand bonheur. En effet, j’aime beaucoup cette tonalité chaude qui vient illuminer le jardin, plombé par la grisaille accompagnée de pluie…une aubaine à la sortie de l’hiver.

Un peu partout sévit le jaune franc des narcisses. Leurs jolies têtes ébouriffées égayent  les massifs devant la maison ou certains endroits plus sombres du verger …en vrai on ne voit qu’eux!

DSCF1432

 

Après la pluie, ils ont un peu perdu de leur superbe…

DSCF1423

….les voici faisant la ronde à mes pieds…pas fiers!

 

Je n’avais pas encore, jusqu’à aujourd’hui, remarqué un « ban » de narcisses ultra-nains (pas plus de 8cm de hauteur) à proximité du garage ; bizarre, je ne me souviens pas avoir choisi cette variété (encore une erreur d’étiquetage). Pas grave, j’adore les miniatures et celui-ci est craquant!

 

Pour continuer dans le craquage, il y a ces belles aux pétales blanc pur. Leurs trompettes froufroutantes donnent à voir un coeur jaune « beurre frais », tout en nuance. L’ensemble est délicat et aérien. Bref j’adore.

 

Du jaune également dans les stries des boutons. Eh oui le temps des narcisses n’est pas terminé, plein d’autres petits boutons dodus ou au contraire effilés sont en préparation ou s’apprêtent à éclore. J’ai fait mes provisions de bulbes à l’automne…je me suis gavée comme on dit dans le Sud.

 

L’allure du Forsythia est quelque peu dégingandée, ses rameaux indisciplinés traînent à terre. Je pense qu’un bon nettoyage de l’arbuste et une  taille sévère après la floraison ne seront pas un luxe.

 

Il y a quelques semaines, j’ai déniché ce forsythia « nimbus », en très grosse promo en jardinerie. Avec son port compact et une taille appropriée, il devrait se maintenir autour de 80cm ; pour cette raison, il se trouve  en bordure de massif, du côté de la serre. Pour le moment ses mensurations sont très modestes : 20cmX15cm! Adulte, la discrétion en période de floraison ne sera pas son fort car le  coeur de ses petites fleurettes est safrané.

 

Le petit rejeton de corête du Japon, fiché dans la terre cet été et lâchement délaissé ensuite, s’est débrouillé tout seul et s’apprête à déployer quelques petits pompons lumineux.

 

La floraison  du Sedum Palmeri est éphémère mais ses rosettes aux nuances changeantes conservent un intérêt en toute saison.

 

J’aime également le jaune lorsqu’il se fait plus discret (devenant politiquement correct), voire furtif, se fondant délicatement dans certains feuillages ou boutons 🙂

La spirée naine, vendue sans nom dans la jardinerie du coin,  revêt peu à peu  son feuillage doré (note pour moi : enlever cette peste de mousse qui envahit les allées…un peu ça va grrrr).

 

Du jaune mêlé au cuivré dans le feuillage du physocarpus « diable d’or ».

 

Quelques petites primevères palichonnes, mes préférées,  sont installées depuis peu sous le vieux cerisier, j’aimerais  à l’avenir leur donner en guise de compagnons des petits cyclamens coum qui formerait avec le temps un joli tapis fleuri.

 

Feuillage crème de la véronique panachée, en pot à l’entrée de la maison, en situation abritée.

 

Vert doré de l’herbe aux écus au pied du rosier Leverkusen dans une grande jardinière et  boutons acidulé de la giroflée qui fleurira mauve.

 

 

 

 

 

Je finis ma balade avec ce petit bouquet de violas blancs au coeur lumineux qui leur sied si bien!

Bon week end

suis descendue dans mon jardin

Suis descendue dans mon jardin non pour y cueillir du romarin (trop petit encore) mais pour admirer et profiter des petites merveilles qui arrivent les unes après les autres.  Eh oui, le printemps approche, tous les signes sont là, alors je sors de ma léthargie hivernale. En fait je suis très émue, c’est mon 1er printemps dans mon nouveau chez moi. Je suis tellement heureuse d’avoir un vrai jardin. Cela me donne beaucoup de courage.

Doucement la couleur s’installe un peu partout. Les narcisses égayent les massifs devant la maison, délicatement accompagnés par les jolies violettes (violettes, pourpres, blanches, roses) qui embaument lorsque je me penche (contorsionne certaines fois) pour prendre des photos. Elle forment de véritables petits coussins bien denses ou courent de façon plus naturelle à travers la pseudo-pelouse située à l’arrière de la maison.

DSCF0945

 

92392885

Ces narcisses, doubles, ont été plantés par l’ancienne propriétaire ; les bulbes enterrés, très tardivement, par mes soins (les blancs), commencent tout juste à pointer le bout de leur nez.

Toujours dans le jaune, il y a les crocus ; les bleus et les violets ne devraient plus tarder maintenant.

Des crocus, il y en a également au pied du petit olivier, rapporté en catastrophe du Var et qui  s’est montré bien vaillant durant l’hiver. Il était important pour moi d’avoir l’arbre emblématique de la paix (et de mon enfance) chez moi. Il est toujours « debout »…d’aucun dirait « droit dans ses bottes » ; il faut dire qu’il a bénéficié d’un traitement de faveur sous forme de protection durant les nuits les plus froides.

Les si discrètes bergénies continuent  tranquillement leur floraison. Je  trouve que leur emplacement actuel ne les met pas en valeur, j’ai des projets pour elles.

Une hellébore orientale se trouve volontairement placée à proximité de la classique « Niger » car j’ai espoir qu’elles s’hybrideront et donneront naissance à plein de petits bébés, tous plus beaux et originaux les uns que les autres et que je pourrai les admirer à loisir  depuis ma chambre.

Fleurs de cognassier du Japon…en sursis…peut-être. Normalement il devrait être arraché après la floraison.

Les butineurs sont de retour mais je n’ai pas encore vu de papillons.

DSCF1099

 

Bruyère

Jacinthes…elles étaient là avant moi.

Viburnum bodnantens « dawn » rapporté de Belgique il y a 2 mois. Ses grappes roses délivrent un parfum délicieux.

Les vivaces ainsi que les bulbes plantés au cours de l’hiver émergent de terre, d’autres sont encore en dormance…ou perdus! J’ai pris la précaution de matérialiser leur emplacement par des bâtonnets afin d’éviter les grosses bêtises, les prendre pour des mauvaises herbes par exemple!

Les rosiers débourrent et je m’amuse à comparer leur feuillage respectif.

Celui de « blanc double de coubert » est vraiment particulier.

C’est agréable, tout reverdit, les bourgeons apparaissent sur les arbres et arbustes, y compris ceux achetés en Belgique.

Cornouiller blanc, sureau noir, spirée naine.

En revanche, le mimosa, installé cet automne dans un angle que je croyais abrité, est passé de vie à trépas, complètement desséché par le froid glacial que nous avons connu  cet hiver. Je commence à réfléchir à un remplaçant…un arbre?…un grand arbuste à feuillage persistant? pourquoi pas un néflier? Je me donne du temps avant de me décider.

Le vénérable cerisier était en piteux état, mon mari a brossé le tronc pour le débarrasser des parasites et l’a (trop) généreusement badigeonné d’une solution prête à l’emploi à base de chaux. Sa drôle de dégaine dénote sérieusement dans le paysage, j’ai besoin de m’habituer. Pour le moment, je détourne le regard, j’espère que ce truc va patiner avec les pluies…autrement je serais obligée d’aller le brosser à mon tour!

Quelques promesses…

Pêcher

Lilas

Poirier

tulipes, pivoine

Suis aussi descendue dans mon jardin pour nettoyer,  ce qui devait l’être, épaulée (+++++) par mon homme et c’est loin d’être fini, il y a encore beaucoup à faire. Le rangement de la serre est à présent terminé, avec rajout de terreau pour les semis et les salades.

Je termine avec la présentation de la maisonnette accrochée au pommier. Ainsi de ma cuisine, j’observe le bal des oiseaux qui viennent s’y  restaurer.

Bonne semaine!

ecorces

Je me prête à la présentation des écorces et troncs initiée par les jardiniers de la blogosphère.

Plusieurs arbres fruitiers  étaient présents au jardin à l’acquisition récente de notre maison (et m’ont même définitivement convaincue…j’exagère il y a eu d’autres critères). Leurs écorces présentent toutes sortes de marques, stries, boursouflures ou sont colonisées par de la mousse (plus ou moins gluante), des lichens, du lierre. Et pour le moment, je suis dans l’incapacité totale de savoir si c’est bon ou nuisible pour ces arbres qui me paraissent sans âge.

Je serai bien malheureuse de les perdre par des gestes d’entretien et de taille précipités (impatience kézako?) ou maladroits de ma part.

Alors mon mari prend le relais. Il affirme avoir une bonne connaissance de la culture fruitière…pour la vigne aucun doute mais pour le reste, je ne suis qu’à moitié (voire moins) rassurée…

Je vous propose un tour rapide en images,  des fruitiers, et leurs écorces bien sûr,  qui peuplent mon verger.

Groseilliers : il y en plusieurs au jardin, très prolifiques mais les oiseaux ne veulent pas partager!

DSCF0257.JPG

Cerisier : il semble très ancien, je ne connais pas la variété des cerises produites ; je suis par contre tracassée par l’espèce de poudre blanchâtre qui envahit peu à peu tout le bas du tronc…est-il en danger?…faut-il  le chauler?

Pommiers : plusieurs variétés sur mon terrain, avec des écorces différentes, certains produisent des pommes juteuses en abondance, d’autres sont plus chiches…

mon préféré ♥

dscf0267

2 d’entre eux sont taillés en cordon, je suis fascinée par cette forme qui me rappelle les vieux jardins à la française en même temps j’ai le sentiment qu’on les torture un peu…de la liberté que diantre! En attendant, leurs fruits sont savoureux.

dscf0274

Vigne : 6 ceps au total mais  bien malades à notre arrivée. Les dégâts étaient irréversibles pour cette année, la vigne a besoin de soins attentifs…j’ai déraciné sauvagement un vieux rosier qui était devant la maison pour le planter à la one again à proximité de la vigne (servirait de test pour les maladies…s’il survit)

Pruniers (X2) : un des 2 m’a bien régalée, en août j’allais  manger les prunes (les jaunes basiques) directement sur l’arbre. Au 1er abord, son tronc ne présente aucun intérêt , de très près il est vraiment fascinant…du coup, je fais évoluer mon regard sur lui (comme pour les humains!) 🙂

Noisetiers : ils sont au nombre de 4 dont 2 pourpres, plantés serrés. Ils ont été sévèrement taillés avant la vente de la maison par les anciens propriétaires, apparemment ils montaient trop haut…donc cette année pas une noisette en vue…flûte! L’idée d’en enlever un me trotte dans la tête…on verra.

Enfin, voici un des 2 poiriers qui malgré sa petite taille s’est montré bien généreux. Il est complètement déplumé depuis plusieurs jours. Là encore, son tronc commence à desquamer et je ne sais pas si c’est bien normal…on dirait des blessures.

En conclusion, vous l’avez compris, j’adore mon jardin, mon verger, les arbres et arbustes fruitiers, les fruits (miam) mais je suis  en terrain inconnu, absolument novice dans ce domaine!

Bonne journée

1er automne au jardin

Après un été caniculaire et un Septembre bien ensoleillé, l’automne s’est installé peu à peu, la grisaille et la fraîcheur sont de retour. Je suis heureuse de vivre pleinement cette saison dans mon nouveau jardin et mon nouvel environnement…de l’or, du cramoisi, du cuivré…je suis émerveillée.

Le pêcher s’est enflammé, ses feuilles ont commencé à tomber tôt en saison.

dscf9988

dscf9989

dscf0017

Le voici dans la brume, je profite de cette scène depuis ma cuisine, un café bien chaud à la main…le bonheur quoi!

dscf9981

dscf0014

Mi-Novembre, pratiquement tous les arbres ont perdu leur feuillage hormis le vénérable  cerisier qui se fait bien remarquer, sous la grisaille.

dscf0229

Me voilà sous sa ramure, le soleil a du mal à percer mais moi je m’amuse comme une gamine, contente de son nouveau jouet 🙂

dscf0212

Les arbustes à fruits  ne sont pas en reste : groseilliers, cassissiers, vigne. Je tiens à les conserver mais je suis absolument novice en matière de taille (quand, comment?) et d’entretien de ces végétaux.

Le bébé hydrangea « Diamant rouge » est tout doré après être passé par le blanc, le rose, le lie de vin. Je ne connais pas sa vigueur, pour le moment sa hauteur fait pitié…le jardinage m’enseignera peut être la patience!

Une spirée naine vendue sans nom (j’espère qu’elle vraiment naine) et détail d’une feuille de pivoine  qui a viré au rouge (complètement pourrie aujourd’hui).

L’hortensia rose  tendre à ses début a été mis en terre au mois d’Août, à l’endroit le plus ombragé du jardin, malgré tout les rayons du soleil ardent ont réussi à l’atteindre sévèrement. Du coup, il a connu une vilaine période « roussi » voire carrément « cramé » puis écarté du désastre par les pluies salvatrices d’Octobre…ça lui va mieux. Je ne suis pas persuadée que la nature du sol lui convienne…à suivre.

Cette véronique arbustive est une acquisition récente, elle est décrite comme frileuse alors elle trône (bien grand mot vu sa taille misérable) à côté de l’olivier, devant la maison, l’endroit le mieux protégé du froid et du gel.

Dans le vide sidéral des massifs fraîchement retournés, il y a  quand même quelques floraisons :

Un petit pied d’ anémone …vite fané, ne subsistent que les petites têtes dégarnies.

dscf0002

…les incontournables chrysanthèmes gorgés de perles de pluie.
dscf0140

dscf0158

dscf0151

L’aster Monte Casino, petite bouture rapportée du Var est bien résistant, il en a vu de toutes les couleurs  avant d’être, enfin,  fiché dans la terre. Je le pensais définitivement fichu et bien que nenni il se trouve encore en fleurs mi-Novembre. Ses tiges deviennent rougeâtres.

dscf0057

Cet adorable polyantha n’est vraiment pas rancunier  puisqu’il accepte de fleurir malgré un séjour de plusieurs mois pratiquement racines à l’air, dans une bassine, abandonnée dans un coin du jardin. Il s’est même autobouturé puisqu’un rameau recouvert d’un peu de terre a fini par raciner ; j’ai vite installé la progéniture dans la serre.

dscf0232

Incorrigible retardataire, il faut à présent que je saisisse mon courage à deux mains pour ENFIN  planter mes bulbes…mais j’ai quand même réalisé mes potées d’automne et d’hiver 🙂

dscf0206

Bel automne à tous!

le début

Reprenons le fil de l’histoire. Nous avons donc signé le compromis de vente en Avril pour une nouvelle maison et sommes partis innocents et naïfs  à la quête de banquiers compréhensifs…le parcours du combattant…Ce fut long et laborieux. A plusieurs reprises, j’ai pensé jeter l’éponge et renoncer…Après beaucoup de stress, de contrariété et de fausses joies, nous avons finalement signé fin Juillet et  déménagé dans le 1/4h qui suivait la signature (préavis pour la remise des clefs de l’appartement dépassé).

Bien sûr il y a beaucoup à faire dans la maison, le jardin n’est pas une priorité pour le moment, de toute façon il fait trop chaud (presque 40°), la terre est dure comme de la pierre!

Je vous propose un petit tour rapide de mon domaine (j’attrape déjà  la grosse tête?). Le jardin est déjà structuré avec allées gravillonnées, massifs à l’avant,  verger et potager à l’arrière. Je ferai un plan à l’occasion.

Devant la maison, en rentrant par le portail, à droite, se trouve la terrasse carrelée. Nous avons installé un salon de jardin et un barbecue ; nous en profitons de temps à autre.

DSCF9656

Voici une vue rapprochée du massif d’où émergent des roses rouge écarlate qu’on aperçoit à gauche sur la photo précédente. L’ancienne propriétaire vouait une véritable passion à ce style de roses  et à notre arrivée, il y en avait plusieurs dizaines de la même variété. D’ordinaire j’adore le rouge mais là c’est vraiment trop.

DSCF9682

Alors très vite, j’ai sorti le sécateur, mon outil préféré, mais reste à déterrer les souches ; cette opération se fera plus facilement après une bonne pluie ; donc patience.

DSCF9696

Vue de la fenêtre, un peu en hauteur, le nettoyage a commencé, il y a encore beaucoup à faire.

DSCF9713

La voici aujourd’hui baignée de soleil et …un peu plus ordonnée!

DSCF9720.JPG

On peut accéder de la terrasse au fond du jardin en prenant ce petit chemin. Du coup, bien installée dans ma chilienne rose, je peux contempler à loisir le fond du jardin (c’est de la pure théorie, les occasions de m’asseoir sont rares).  Les végétaux au 1er plan sont déjà ratiboisés et la vue se trouve bien dégagée. J’ai des projets d’hydrangeas pour ce coin un peu ombragé.

DSCF9650

Faisons 1/2 tour pour revenir au portail notre point de départ et rempruntons à  gauche l’ allée qui mène également  à l’arrière de la maison…

DSCF9645

Nous passons sous l’arche soutenant une bignone (normalement il y avait des rosiers rouges jusqu’au bout de l’allée)…

DSCF9717

…pour accéder à la serre et à l’abri de jardin utilisé comme établi par mon mari (branchement électrique déjà installé dedans, le bricoleur est aux anges).

DSCF9666

Au 1er plan,  le potager en friche avec les oignons montés en graine, à droite sur la photo.

DSCF9664

Le cerisier a été taillé sévèrement, plusieurs hibiscus arrachés ainsi qu’une corète du Japon qui faisaient  séparation entre le potager et le verger au fond.

DSCF9663

En faisant face à l’arrière de la maison (fenêtre de la chambre à coucher en haut à droite), je peux (pouvais, c’est fini) admirer ce joli champ de fleurs, une véritable petite merveille.

DSCF9702

DSCF9705

Accolés à l’établi (sur le côté et derrière) : les cabanons de fortune alias LES VERRUES…en sursis! Encore des remorques de déchets en perspective et beaucoup d’huile de coude.

DSCF9690

DSCF9668

Deux clichés du verger qui contient entre autre laurier sauce, noisetiers (4), pêchers, prunier, pommiers, poiriers, quelques pieds de vigne  accompagnés de lilas, forsythia, cognassier du japon, un rhododendron en piteux état…

DSCF9670

DSCF9671

Avec les pluies torrentielles de Juin, les fruitiers ont beaucoup souffert, nous avons tout de même pu savourer quelques pêches bien juteuses.

DSCF9674

Il y a quelques jours nous avons fait l’acquisition d’une tondeuse.  Mon mari s’est empressé de l’essayer, fini le fouillis, la prairie fleurie et ses beaux papillons. Cette photo a été prise depuis ma cuisine.

DSCF9709

Pour finir, je  tenais à remercier les personnes qui ont suivi mes aventures et laissé des commentaires encourageants auxquels je n’ai malheureusement pas pu répondre  par manque de temps et de  disponibilité pour le blog… sans compter la trouille de me retrouver sdf! Encore une fois merci!

En attendant…

En attendant d’entrer dans mes nouveaux murs, je ne me lasse pas dès que cela m’est possible, de balader dans mon nouveau domaine (à mon échelle de jardinière des balcons c’est I-M-M-E-N-S-E), contempler, admirer, m’extasier, chavirer…quel bonheur!

DSCF9373

Tulipe vue d’en haut et sa collègue pourpre que je trouve bien originale

DSCF9400

 

DSCF9384

 

 

 

 

 

 

 

Deux azalées en pot (à rempoter dès que possible) et le cognassier du Japon qui continue tranquillement sa floraison.

 

En vrac…

Je ronge mon frein, j’ai tellement hâte, la patience n’est pas ma qualité première et puis il y a tellement à faire. Mon jardin se construit tranquillement dans ma tête, pour le moment je suis au stade du brouillon et d’ailleurs, je ne souhaite pas « détricoter » complètement ce que la brave mamie propriétaire avait si patiemment imaginé  avant moi.

Je  mets la charrue avant les bœufs, mais je n’ai pas pu, su résister. Durant le week-end, en allant à la découverte de quelques patelins d ‘Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher (Avril est magnifique par ici) j’ai ramené quelques « trucs » dans mon cabas : tomates, poivrons, aubergines, géranium, lobélie, heuchère, lamier, acanthe, hellébore rose riquiqui…

DSCF9432

diascia, bacopa et géranium saumon (j’ai craqué pour le feuillage joliment panaché de ce dernier)

DSCF9440

J’ai trouvé à Chailles (41) dans une modeste foire aux plantes  cette robuste Bergénie que je réserve  pour une partie plus ombragée du jardin. Elle m’a coûté le prix d’un godet en jardinerie, du coup je pourrai la diviser en plusieurs morceaux avant de replanter.

DSCF9407

Je suis sous le charme de cet iris somptueux . Il  ira gentiment rejoindre ces copains déjà présents au jardin.

DSCF9350

Le contenu de ce gros bouquin des Editions Atlas, 1975, repéré sur un vide-grenier, m’a paru intéressant  alors le livre a atterri  dans mon sac!
DSCF9445

Voilà pour aujourd’hui,  bonne semaine :))