Retour de weekend

Bonjour à tous,

Me voilà de retour après un week end prolongé en région parisienne. Si tôt à la maison, j’ai lâché les bagages pour effectuer fébrilement le tour du jardin. Pas une goutte de pluie depuis plusieurs jours et malgré le manque d’eau tout pousse, reverdit, les floraisons se poursuivent. Faisons une balade ensemble pour examiner tout ça de plus près.

Devant la maison, les tulipes continuent à faire leur show printanier, j’adore ce mélange.

DSCF3824DSCF3731DSCF3894

 

Les tulipes white parrot pleinement épanouies ont des allures de plantes exotiques.

 

Quant aux black parrot, elles semblent étranges voire un peu inquiétantes à l’ouverture des boutons!

 

Oh surprise ma 1ère rose!!  Le rosier « old blush » me gratifie d’ une rose magnifique.

DSCF3879

 

1ère ex aequo avec ma bouture d’un petit rosier (l’année dernière) qui ne se laisse pas impressionner, sa fleur miniature est absolument adorable, elle a tout d’une grande!

DSCF3753DSCF3751

 

Erysimum bowles mauve

 

Derrière la maison, le rhododendron toujours aussi déplumé se fait remarquer avec ses fleurs volumineuses version marshmallow.

DSCF3768

 

Scabieuse « butterfly blue »

 

Géranium sanguineum, très lumineux en bordure du massif du cerisier.

DSCF3758

 

La viorne boule de neige se plaît bien chez moi ; elle a bien accepté le voyage dans le coffre de ma voiture, depuis la Belgique, écrasée par 20 autres arbustes.DSCF3788

 

La spirée naine s’est bien étoffée. J’apprécie énormément son feuillage acidulé.

 

Euphorbe « ascot rainbow » et euphorbe « purpurea »

 

Muscaris bleu pâle faisant la ronde autour d’un pommier.

DSCF3793

 

Scène identique avec les anémones blanda autour du poirier!

DSCF3759DSCF3381

 

Romarin et ses fleurs bleu azur, joliment mouchetées.

DSCF3863

 

Le grand pommier n’est plus qu’un nuage de fleurs ; j’espère qu’il sera autant généreux en fruits (sorte de golden) que l’année précédente.

dscf3840.jpg

 

Spirée, quelle opulence!

DSCF3800

 

Weigela florida purperea

 

Quelques promesses florales…

 

Des promesses gourmandes

 

Je termine avec une joie absolument inattendue : la présence d’un bouton sur une bouture de Camélia!

Bon après-midi!

Le temps des lilas

« Dans les jardins de mon père,

Les lilas sont fleuris ;

Tous les oiseaux du monde,

Viennent y faire leurs nids.

Auprès de ma blonde,

Qu’il fait bon, fait bon, fait bon,

Auprès de ma blonde ,

Qu’il fait bon dormir… »

∗∗∗

Mon humeur est guillerette, voilà enfin le temps des lilas! Depuis quelques jours, ils embellissent mon quotidien printanier. Tous les prétextes sont bons pour filer au fond du jardin où sont implantés mes merveilles. Je ne me lasse pas de leur parfum subtil et délicat qui se dégage des généreuses grappes mauve violacé…tout me plaît dans le lilas y compris le joli feuillage vert clair si léger.

Dommage,  le temps des lilas est si court…mais le jardin est plein de promesses, de petits bonheurs à venir :)) .

Bon week end de Pâques!

Mes narcisses préférés

Même si j’aime toutes les teintes au jardin, ma préférence va vers les fleurs blanches (ou à dominante blanche). J’ai apprécié les narcisses jaunes à la sortie du long hiver, à présent je me délecte des blancs, de loin mes préférés.

Plusieurs variétés cohabitent en bonne intelligence au jardin. Certains narcisses sont sobres et tout en nuance quand d’autres se font bien remarquer avec leur haute stature et leur trompette froufroutante ou ensoleillée.

Les voici en images…

J’aime les miniatures en grappes, offrant leur joli minois au soleil. Qu’ils sont « mimis » avec leur petit coeur jaune paille, bien parfumés ; ça tombe bien puisque ces beautés sont placées à proximité de la terrasse où nous avons pris quelques repas la semaine passée.

les hauts…

Là s’achève notre petite tournée des narcisses (ou jonquilles 🙂 )…

Je serai en congés la semaine prochaine. J’ai hâte, il y a tant à faire au mois d’avril. Je dois également mettre en place mes derniers achats (que je détaillerai dans un prochain post). Afin de me faire patienter : un souvenir de Fort-Mahon-Plage, où j’ai passé d’agréables moments il y a 15 jours.

Bonne journée!

Quelques tulipes

Ces derniers jours, j’ai rencontré quelques problèmes avec mon blog, suspendu par wordpress. Il est difficile de se faire dépanner par les « happiness engineers » de la plateforme américaine lorsqu’on ne maîtrise pas la langue de Shakespeare…euh de l’oncle Sam. Comme tout est rentré dans l’ordre à présent j’ai opté pour un thème de blog minimaliste,  sur fond blanc plus  simple à refaire en cas de nouveau « plantage ».

Revenons aux tulipes…

Malgré leur caractère éphémère, elles sont les incontournables du printemps, elles mettent de la gaieté et de la lumière dans les massifs et potées. Les 1ères à fleurir sont celles plantées par la mamie à laquelle appartenait la maison…rouges, jaunes, oranges, striées…je n’ai pas eu le coeur à les arracher, j’ai ajouté les miennes tout simplement…je renonce volontiers au total look jekyllien pour mon jardin!

White Emperor

J’ai pris plaisir à photographier mes tulipes (parfois allongée sur le dos, heureusement qu’il y a la vilaine haie de thuyas pour masquer ce spectacle navrant 🙂 !). J’adore leurs délicats pétales irisés qui captent si bien la lumière.

Van Eijk

Elles sont étonnantes avec leur forme pyramidale ; en fonction de la lumière et du moment de la journée, elles ne sont jamais les mêmes.

Tulipes triomphe « alibi »

Tulipes hâtive « lasting love »

Deux belles inconnues vendues en mélange.

Les blanches sont finement ourlées de pourpre. En boutons elles sont jaune paille.

DSCF3234

DSCF3232

C’est sûr, je suis fan des tulipes, avec une préférence marquée pour celles à tiges courtes. Pour l’automne prochain,  les tulipes botaniques telles que les adorables « pulchella »seront en tête de ma wish-list.

En attendant, je guette avec impatience la floraison imminente des étranges white parrot.

Bonne soirée!

Des nouvelles de la serre.

Ce printemps est décidément trop doux et trop sec, du moins dans ma région. Aujourd’hui, j’ai arrosé les plantes les plus fragiles.

J’aère toute la journée la serre en ouvrant le petit vasistas, malgré tout il  règne à l’intérieur de celle-ci une chaleur étouffante. Un oubli d’arrosage et toutes les plantes se sont retrouvées à la limite du dessèchement irréversible.  Il a fallu intervenir en urgence avec l’arrosoir.

Le feuillage des tomates semble souffrir un peu, grillé à certains endroits par les rayons du soleil à travers les vitres, mais rien de bien méchant pour l’instant. J’ai lu quelque part qu’il fallait ombrer en cas de fort ensoleillement…je vais creuser la question.

En attendant, je suis très contente, tout pousse. Pour rappel, les plants de tomates marmande ont été mis en terre le 24 mars ; ils avaient déjà une belle taille à l’achat.

03 avril 2017

DSCF2751

24 mars/mi-mars

La coriandre et le persil (au fond) se portent à merveille.

Les radis se font beaux.

Les tomates roma et marmande pointent le petit bout de leur nez les unes à la suite des autres.

J’ai commencé à repiquer les salades frisées et batavias en les intercalant entre les 3 plants de tomates. Je vais également en placer dans le potager prochainement.

Les boutons floraux velus des tomates commencent à s’ouvrir.

Je compte semer les courgettes cette semaine.

∗∗∗

Je me suis plainte de ce beau temps persistant au début de l’article, j’étais quand même bien contente qu’il ne pleuve pas lorsque j’étais ce week end à Fort-Mahon-Plage, en Picardie 🙂

Bonne semaine

Travaux et bonheur du moment

Samedi, dimanche, lundi furent consacrés au grand nettoyage du jardin. A cette occasion, nous avons sorti l’outil antique, l’horrible pioche, terriblement lourde qui n’a pas son pareil pour venir à bout des souches, des racines récalcitrantes et des reins des plus braves (surtout lorsque les 20 ans sont bien loin…ça se paye le reste de la semaine!). Le cognassier du Japon était complètement envahit par de vigoureux arbustes squatters, venus s’enquiller à sa base en prenant de l’envergure avec le temps, sous oublier le lierre devenu tronc par endroit…tout était enchevêtré. Oter les bambous au pied du grand noisetier pourpre ne fut pas une mince affaire non plus. Les arbres, les arbustes ainsi que la bordure des ceps de vigne ont été nettoyés soigneusement et leur pourtour pioché.

L’espace laissé libre par les bambous m’offre l’opportunité de réfléchir à un nouveau massif…à suivre.

Je découvre au passage que le mimosa n’était finalement pas fichu, il reste un peu de vert, il devrait repartir de la souche (dans mon quartier il y a 4 mimosas de belle taille).

J’ai planté quelques vivaces  offertes par une collègue passionnée de jardin.

Le petit rosier qui s’était auto-bouturé (branche cassé fichée dans la terre par hasard) a produit 2 petits boutons prometteurs. Il est installé dans la petite plate bande face à la serre.

Nous avons également bêché, désherbé tous les massifs et les allées gravillonnées. Durant cette opération , j’ai cru entendre mon mari marmonner dans sa barbe le mot « roundup »…JAMAIS! Il le sait parfaitement c’est juste pour me faire maronner 🙂

Le potager a eu droit au passage du motoculteur.

Conclusion : nous sommes fatigués et fourbus car nous n’avons pas ménagé notre peine pour prendre soin de notre petit havre de paix et accueillir comme il se doit l’arrivée de la belle saison. Nous pouvons à présent profiter, fiers du travail accompli.

Moi, ce qui me ravit le plus dans mon petit lopin de terre c’est la présence des arbres…quoi de plus majestueux qu’un arbre? Il fait doux, le ciel est bleu, j’aime fouler le gazon frais piqueté de mignonnes pâquerettes et de nombreuses violettes parfumées tout en prenant des photos à l’ombre des vieilles ramures des pommiers, cerisier, pêchers, poiriers, pruniers.

En ce moment, c’est une explosion de floraisons au sommet et les fleurs de fruitiers sont mes préférées…les imaginer donnant naissance en leur sein à des fruits délicieux et sucrés…c’est un processus magique qui m’émerveillera toujours.

 

noisetiers

groseilliers

Quelques scènes printanières devant la maison

Je finis cet article  avec le sureau noir aux reflets métallisés qui malgré sa taille minuscule prépare sa modeste floraison rosée…ravissant!

Bon jeudi!

Auprès de mon arbre

Tôt ou tard, il devait arriver dans mon petit coin de paradis, je parle du célèbre et très gracile prunus « kojo no mai » (danse au bord du lac en japonais).

J’ai fait main basse sur le dernier spécimen en rayon dans ma jardinerie habituelle ; le mien est encore tout petit (60 cm environ) mais devrait culminer à 2.50m dans quelques années. Sa croissance est lente, ses tiges gracieusement tortueuses. De mars à avril, il offre une floraison éphémère mais spectaculaire faite d’une multitude de fleurettes dans lesquelles se fondent harmonieusement le blanc et le rose. L’ensemble est frais, délicat et élégant.  Il accepte pratiquement tous les sols, à une exposition soleil ou mi-ombre. Il est superbe en automne. De plus, il se prête très bien à la culture en pot ou bac.

Avec autant d’atouts, je ne pouvais pas, humainement, résister. Je suis en grand émoi devant ce petit bijou.

A l’heure où j’écris, il trône en bonne place, au beau milieu du massif (encore bien vide) de la serre, en agréable compagnie du rosier « rush » et d’une lavatère rose pale.

4 vivaces sont venues rejoindre le délicieux prunus dans mon caddie.

Fougère à indusies rouges, scabieuse « butterfly blue », achillée « saucy seduction », gaura lindheimeri rose

Remontons le temps : début mars, deux rosiers sont venus compléter ma collection.

rose des peintres

avalon

En février, j’ai fait mon stock de bulbes et tubercules d’été (lys, liatris, oeil de paon…)

Les dahlias que j’ai choisis cette année présentent des coloris assez contrastés, ceci ne constitue pas un problème pour moi puisqu’ils seront répartis dans des massifs éloignés les uns des autres.

dahlia « kelvin floodlight » ; dahlia « noordwijks glorie », dahlia mini (semis)

dahlia pompon blanc ; dahlia « arabia night »; dahlia « le baron ».

Il ne me reste plus qu’à attentre, patiemment, le moment opportun pour les mettre en terre en toute sécurité.

Bonne semaine

dentelle dans le ciel

Comme le soleil était de la partie aujourd’hui, mon mari et moi avons mis à profit cette journée magnifique pour débuter le grand nettoyage dans le jardin. Nous sommes restés courbés vers la terre, tout à notre ouvrage. Je ne me suis octroyée des pauses que pour prendre des photos (avant/après) et savourer pleinement le spectacle offert par le prunier en fleur. On aurait dit de la dentelle dans l’azur.

 

J’espère que cela vous a plu…

Bonne fin de journée!

 

La serre

Pour la passionnée de jardin que je suis la serre équivaut à la cerise sur le gâteau. La mienne était déjà présente à mon arrivée fin juillet 2016, quelle chance pour moi! Jusqu’à présent, je n’avais pas eu l’occasion de l’investir par manque de temps et puis mes priorités étaient ailleurs.

Il s’agit d’une serre froide, de taille modeste mais solidement campée sur ses fondations. Laissée à l’abandon depuis un bon moment, elle était devenue  toilettes publiques pour les chats du quartier.

Avec l’arrivée du printemps, j’ai repris possession et contrôle  des lieux. Ainsi, j’ai commencé par la vider des déchets qu’elle contenait. Puis mon mari a réinstallé correctement les bordurettes pour délimiter la partie utilisable. Ecoeurée par la quantité impressionnante de crottes, j’ai raclé la terre sur plusieurs cm de profondeur et rajouté du terreau frais…et je ferme soigneusement la porte à chacun de mes passages!

Sans trop réfléchir et à titre d’expérimentation, j’y ai semé des tomates « marmande » et « roma » , des radis de 18jours, de la batavia, de la frisée et de la coriandre, des lobélies « cristal palace »et des zinnias. J’ai également installé 12 plants de salade et 3 éclats de persil plat (récupérés à proximité du potager).

La levée des graines s’est fait étonnement vite…il paraît même que c’est le principe de la serre!

mi-mars : quelques semis et plantationsDSCF0845

24 mars…tout va bien!

DSCF1620

1ère ligne : frisée et batavia; coriandre ; radis/ 2ème ligne : zinnias; lobélies, tomates roma

25 mars : rajout de 3 pieds de tomates marmande DSCF1796

Je fais mes armes avec des légumes faciles à cultiver, je marche à tâtons. Pour le moment, l’apprentie jardinière est très satisfaite de ce nouvel espace de jeu et de ce qui s’y passe, les salades croissent de jour en jour, encore un peu et elles vont me faire envie!

Belle journée!

Balade en jaune majeur

Le jaune, couleur printanière par excellence mais souvent mal aimée, est  à l’honneur en ce moment dans mon petit coin de verdure, pour mon plus grand bonheur. En effet, j’aime beaucoup cette tonalité chaude qui vient illuminer le jardin, plombé par la grisaille accompagnée de pluie…une aubaine à la sortie de l’hiver.

Un peu partout sévit le jaune franc des narcisses. Leurs jolies têtes ébouriffées égayent  les massifs devant la maison ou certains endroits plus sombres du verger …en vrai on ne voit qu’eux!

DSCF1432

 

Après la pluie, ils ont un peu perdu de leur superbe…

DSCF1423

….les voici faisant la ronde à mes pieds…pas fiers!

 

Je n’avais pas encore, jusqu’à aujourd’hui, remarqué un « ban » de narcisses ultra-nains (pas plus de 8cm de hauteur) à proximité du garage ; bizarre, je ne me souviens pas avoir choisi cette variété (encore une erreur d’étiquetage). Pas grave, j’adore les miniatures et celui-ci est craquant!

 

Pour continuer dans le craquage, il y a ces belles aux pétales blanc pur. Leurs trompettes froufroutantes donnent à voir un coeur jaune « beurre frais », tout en nuance. L’ensemble est délicat et aérien. Bref j’adore.

 

Du jaune également dans les stries des boutons. Eh oui le temps des narcisses n’est pas terminé, plein d’autres petits boutons dodus ou au contraire effilés sont en préparation ou s’apprêtent à éclore. J’ai fait mes provisions de bulbes à l’automne…je me suis gavée comme on dit dans le Sud.

 

L’allure du Forsythia est quelque peu dégingandée, ses rameaux indisciplinés traînent à terre. Je pense qu’un bon nettoyage de l’arbuste et une  taille sévère après la floraison ne seront pas un luxe.

 

Il y a quelques semaines, j’ai déniché ce forsythia « nimbus », en très grosse promo en jardinerie. Avec son port compact et une taille appropriée, il devrait se maintenir autour de 80cm ; pour cette raison, il se trouve  en bordure de massif, du côté de la serre. Pour le moment ses mensurations sont très modestes : 20cmX15cm! Adulte, la discrétion en période de floraison ne sera pas son fort car le  coeur de ses petites fleurettes est safrané.

 

Le petit rejeton de corête du Japon, fiché dans la terre cet été et lâchement délaissé ensuite, s’est débrouillé tout seul et s’apprête à déployer quelques petits pompons lumineux.

 

La floraison  du Sedum Palmeri est éphémère mais ses rosettes aux nuances changeantes conservent un intérêt en toute saison.

 

J’aime également le jaune lorsqu’il se fait plus discret (devenant politiquement correct), voire furtif, se fondant délicatement dans certains feuillages ou boutons 🙂

La spirée naine, vendue sans nom dans la jardinerie du coin,  revêt peu à peu  son feuillage doré (note pour moi : enlever cette peste de mousse qui envahit les allées…un peu ça va grrrr).

 

Du jaune mêlé au cuivré dans le feuillage du physocarpus « diable d’or ».

 

Quelques petites primevères palichonnes, mes préférées,  sont installées depuis peu sous le vieux cerisier, j’aimerais  à l’avenir leur donner en guise de compagnons des petits cyclamens coum qui formerait avec le temps un joli tapis fleuri.

 

Feuillage crème de la véronique panachée, en pot à l’entrée de la maison, en situation abritée.

 

Vert doré de l’herbe aux écus au pied du rosier Leverkusen dans une grande jardinière et  boutons acidulé de la giroflée qui fleurira mauve.

 

 

 

 

 

Je finis ma balade avec ce petit bouquet de violas blancs au coeur lumineux qui leur sied si bien!

Bon week end